blason arbresle

Derniers articles publiés

Antoine Porte le dernier tonnelier de l'Arbresle

Vers 1880, l'Arbresle, dont la superficie totale est de 330 hectares, possède 100 hectares de vignes. Le phylloxera en détruira les trois quarts mais, dès 1886, on replante des cépages américains.

En 1903, 80 hectares de nouvelles vig...    Lire l'article


L’évêque de Durham, Robert de Stichill meurt à Arbipollis (L’Arbresle) en 1274.

En 1274, se tient le second concile de Lyon  présidé par le pape Grégoire X. Jacques 1er d’Aragon, l’ambassadeur de Michel Paléologue, empereur de Byzance, les membres du clergé grec  ainsi que 500 évêques, 60 abbés (dont ...    Lire l'article


Gaspard Claude de Claret de Montverdun Gouverneur de L'Arbresle

Jacques-Annibal Claret de Fleurieu eut, en plus de cinq filles, quatre fils : l'ainé, fut prénommé Camille Jacques Annibal Gaspard (1727-1794) ; le second, Marc Louis Antoine (1729-17963), ami de Jean-Jacques Rousseau et disciple de Jussieu, es...    Lire l'article


Arborosa n°43

En ce début d‘année 2019, ce numéro d’Arborosa est le premier d’une série de publications historiques sur le pays de L’Arbresle. L’année sera bonne car vous pourrez découvrir dans un hors-série l’histoire mouvementée du couvent des Ursulines de L’Arbresle. Aujourd’hui disparu il était situé près du clos Landar, dominant le vieux bourg au lieu-dit des Collonges. Démoli et remplacé d’abord par la maison de retraite du même nom que le lieu-dit en 1975, détruite à son tour en 2017 ; une maison pour seniors est en cours de réalisation. A l’origine, ce couvent fut une école privée qui se transforma trois fois en hôpital : d’abord militaire en 1870, puis en lieu de soins lors de la pandémie de typhoïde de 1907 et de nouveau en « ambulance » de convalescence pendant la Grande Guerre pour accueillir les soldats blessés. Devenue la maison de Jean Chapas, le successeur de M. Philippe, elle fut malheureusement détruite dans le dernier quart du XXème siècle. Patrick Réguillon, après de longues recherches, nous dévoile cette histoire mouvementée

Sous la forme des Cahiers d’Arborosa, Jo Berchoud, après son ouvrage sur l’histoire de Marie Chambe, histoire de la dureté de la vie des femmes pendant le premier grand conflit mondial, nous racontera l’histoire du ramassage du lait dans nos collines des Monts du Lyonnais avec l’impact de l’arrivée des voies ferrées sur cette activité. Pierre Forissier, nous entrainera, dans une publication au format guide, à la découverte des statues et des pierres travaillées dans le cœur du vieux bourg de L’Arbresle. Une promenade qui nous oblige à lever souvent la tête et à découvrir, ou redécouvrir, telle ou telle sculpture.

Enfin dans un avenir plus lointain, sera publiée l’histoire de la vigne et du vin dans le monde de l’abbaye de Savigny. Les membres du GRAAPPA travaillent sur cet ouvrage qui promet d’être riche en découvertes et en connaissances d’une activité très ancienne et toujours très active de nos jours dans notre région.

Pour en venir à ce numéro 43, un article de Mme Metton vient compléter celui de Mme Cescino concernant la vie à Champagnat pendant la guerre. Un témoignage qu’il aurait été dommage de laisser dormir dans un tiroir. Martial Subrin nous livre la dernière partie de l’histoire du compagnonnage et de ses représentants à L’Arbresle. Dominique Spanu a retrouvé de nombreuses photos de la vie de la chapelle de Fouillet à Sourcieux et nous rappelle sa vie en un lieu au panorama époustouflant. Patrick Réguillon aux Archives Départementales a découvert un procès entre des habitants de Bessenay et des soldats royaux, suite à des altercations violentes dont il nous restitue les anecdotes. Mme Colas nous conte de vieux souvenirs et Mme Maryannick Lavigne nous révèle des peintures du château de Sain Bel attribuables au peintre Stella, dont la mère était originaire de L’Arbresle.

Après toutes ces lectures, vous n’aurez plus d’excuse de ne pas connaître l’histoire passionnante de nôtre et de votre région. Bonne lecture et qu’elle vous soit profitable.

 

Daniel Broutier

Vous pouvez commander cette publication remplissant le bon de commande et en nous le renvoyant accompagné d'un chèque du montant indiqué.