blason arbresle
Accueil >> Les Publications >> Arborosa

Les chemins du lait, un siècle de collecte pour Lyon.

1866. Le train arrive à L’ Arbresle, les hommes sont à la guerre çà se termine mal, l’Alsace et la Lorraine basculent. Le petit peuple de ces contrées perdues devient prussien comme on dit à cette époque, l’usage de la langue française y est interdit. Les grandes familles sont invitées à quitter l’Est. Certaines arrivent à Lyon et deviennent de grands commerçants…

L’effet du train est un peu éteint par ces fracas mais quand on arrive à la fin du 19° siècle, un maire de Lyon, médecin social de renom, Victor AUGAGNEUR qui fut un grand personnage politique national également, lève un lièvre d’importance : la gravité de la mortalité infantile dans le département et à Lyon surtout !

Il jette son diagnostic et montre autoritairement du doigt la sous-alimentation des nourrissons. Il se tournera à l’ouest et vers nos collines, justement grosses productrices de lait. Avec le train, tout va se mettre en place de façon efficace. Avec le train mais aussi avec les chevaux depuis la Brévenne, avec les camions ensuite et pendant les deux guerres et ce, malgré les réquisitions...

La pugnacité des hommes et des femmes aussi, de la Brevenne et de la Turdine, vaincra. La ruralité de notre région, courageuse et habile organisatrice, nourrira les Lyonnais au travers de parcours d’aventure sans faute en livrant de produits de qualité sur les grandes tables déjà. Autour de l’ Arbresle des récits et des témoignages que lirez deux fois ….

Découvrir la publication

Dossier d’Arborosa : « de l’Hôtel-Dieu à l’Hôpital », 1500 ans d’histoire à L’Arbresle.

Ce dossier d’Arborosa retrace les 1500 ans d’histoire des hôpitaux à travers les épidémies et les guerres qu’a connu notre ville.

Cette publication est aussi une leçon d’humilité qui nous aide à imaginer les souffrances de nos ainés ; il nous permet de leur rendre hommage et plus particulièrement à certains d’entre eux.

Précurseurs, fondateurs ou donateurs, élus et acteurs de santé qui continuent l’œuvre au quotidien, ils ont permis la mise en place de cette structure de proximité qui , par son statut associatif, demeure exceptionnelle en France : qu’ils en soient chaleureusement remerciés .

Cet Arborosa est en vente à la Maison de la Presse et à Super U Culture de L’Arbresle

Découvrir la publication

Arborosa n°43

En ce début d‘année 2019, ce numéro d’Arborosa est le premier d’une série de publications historiques sur le pays de L’Arbresle. L’année sera bonne car vous pourrez découvrir dans un hors-série l’histoire mouvementée du couvent des Ursulines de L’Arbresle. Aujourd’hui disparu il était situé près du clos Landar, dominant le vieux bourg au lieu-dit des Collonges. Démoli et remplacé d’abord par la maison de retraite du même nom que le lieu-dit en 1975, détruite à son tour en 2017 ; une maison pour seniors est en cours de réalisation. A l’origine, ce couvent fut une école privée qui se transforma trois fois en hôpital : d’abord militaire en 1870, puis en lieu de soins lors de la pandémie de typhoïde de 1907 et de nouveau en « ambulance » de convalescence pendant la Grande Guerre pour accueillir les soldats blessés. Devenue la maison de Jean Chapas, le successeur de M. Philippe, elle fut malheureusement détruite dans le dernier quart du XXème siècle. Patrick Réguillon, après de longues recherches, nous dévoile cette histoire mouvementée

Sous la forme des Cahiers d’Arborosa, Jo Berchoud, après son ouvrage sur l’histoire de Marie Chambe, histoire de la dureté de la vie des femmes pendant le premier grand conflit mondial, nous racontera l’histoire du ramassage du lait dans nos collines des Monts du Lyonnais avec l’impact de l’arrivée des voies ferrées sur cette activité. Pierre Forissier, nous entrainera, dans une publication au format guide, à la découverte des statues et des pierres travaillées dans le cœur du vieux bourg de L’Arbresle. Une promenade qui nous oblige à lever souvent la tête et à découvrir, ou redécouvrir, telle ou telle sculpture.

Enfin dans un avenir plus lointain, sera publiée l’histoire de la vigne et du vin dans le monde de l’abbaye de Savigny. Les membres du GRAAPPA travaillent sur cet ouvrage qui promet d’être riche en découvertes et en connaissances d’une activité très ancienne et toujours très active de nos jours dans notre région.

Pour en venir à ce numéro 43, un article de Mme Metton vient compléter celui de Mme Cescino concernant la vie à Champagnat pendant la guerre. Un témoignage qu’il aurait été dommage de laisser dormir dans un tiroir. Martial Subrin nous livre la dernière partie de l’histoire du compagnonnage et de ses représentants à L’Arbresle. Dominique Spanu a retrouvé de nombreuses photos de la vie de la chapelle de Fouillet à Sourcieux et nous rappelle sa vie en un lieu au panorama époustouflant. Patrick Réguillon aux Archives Départementales a découvert un procès entre des habitants de Bessenay et des soldats royaux, suite à des altercations violentes dont il nous restitue les anecdotes. Mme Colas nous conte de vieux souvenirs et Mme Maryannick Lavigne nous révèle des peintures du château de Sain Bel attribuables au peintre Stella, dont la mère était originaire de L’Arbresle.

Après toutes ces lectures, vous n’aurez plus d’excuse de ne pas connaître l’histoire passionnante de nôtre et de votre région. Bonne lecture et qu’elle vous soit profitable.

 

Daniel Broutier

Découvrir la publication