blason arbresle
Accueil >> Les Publications >> Arborosa

Les circuits d’Arborosa : « L’Arbresle : les pierres nous racontent »

Lors de visites guidées du Vieil Arbresle,, deux touristes sur trois disent qu’ils passent dans cette ville depuis, 10 ans, 20 ans ou 30 ans et qu’ils n’ont jamais soupçonné la présence des richesses que renferme le centre historique.

Afin de remédier à cette méconnaissance les Amis du Vieil Arbresle ont démultiplié les communications : créé un dépliants de visites, une balade ludique en famille, des visites guidées sur différents thèmes, sont passés aux journaux télévisés nationaux, ont édité un set de table avec les vues les plus belles du centre historique….et le dernier support qu’ils viennent d’élaborer est un « Arborosa circuit » appelé : « L’Arbresle : les pierres nous racontent ».

Cette balade conduit à travers le centre historique à la découverte ici, d’une statue, là d’un médaillon ou d’un bas relief, plus loin d’une arche avec des chapiteaux…et vous raconte leurs origines, qui les a créés et dans quelles conditions. Les pierres sculptées ou ouvragées de L’Arbresle, n’auront plus de secret pour vous ou presque.

Cet Arborosa est en vente à la Maison de la Presse, à Super U Culture et au Fournil d’Olivia , route de Sain Bel.

Découvrir la publication

Dossier d’Arborosa :Les moulins à eau du bassin Brévenne - Turdine

Sur le cours de la Brévenne et de ses affluents dont le plus important, la Turdine, une soixantaine de moulins fonctionnaient, pour la majorité des moulins à blé.

Un état statistique de 1862 indique qu’il y avait encore 58 « usines » dont 47 moulins à blé, moulins à huile, battoirs à chanvre, bancs de scie… Ces anciens moulins ont tous disparu, sauf le moulin du Tallot sur le Conan qui a gardé son mécanisme inchangé depuis le 17ème siècle.

Le déclin des moulins est dû en grande partie au progrès industriel et à l’apparition de nouvelles énergies, la vapeur, le moteur gazogène, le moteur diesel et enfin l’énergie électrique. A toutes ces raisons, il faut ajouter les calamités naturelles les crues en particulier. Les nouvelles dispositions administratives de 1935 allaient poser les fondements de l’organisation professionnelle de la meunerie.

Aujourd’hui seul le moulin Lotte à la Giraudière, qui s’est modernisé au fil du temps, continue de moudre du grain. Cette nouvelle édition d’Arborosa rappelle un métier ancestral et dresse un inventaire des moulins installés sur nos deux rivières.

En vente à la Maison de la Presse et à Super U culture

Découvrir la publication

L’Arborosa hors série n°8, « Le métier à coudre de Barthélémy Thimonnier »

L’invention d’un homme de génie, un parcours loin d’être cousu de fil blanc… » présenteront la vie et le travail de Thimonnier, encore trop injustement méconnu. Cependant, contrairement à ce qui a déjà été écrit, ce travail tentera d’apporter un regard nouveau sur son œuvre, en analysant son invention mais aussi ses tentatives d’exploitation industrielle de celle-ci qui se sont à chaque fois, soldées par un échec.

Il ne s’agit donc pas de faire un discours uniquement élogieux de sa vie mais de la raconter le plus honnêtement et le plus justement possible.

Découvrir la publication